Jérôme Bascher Jérôme Bascher

Senlis vivant, Senlis plus fort !

- Election municipale des 23 et 30 mars 2014 -

Jérôme Bascher

Allez Senlis

Faisons évoluer le schéma d’accueil des gens du voyage

Lors de la réunion publique organisée à Chamant un vendredi soir d’octobre 2012 sur l’implantation de l’aire de grand passage des gens du voyage de Senlis, j’étais invité par les Maires de Chamant et d’Aumont-en-Halatte à m’exprimer sur le choix que venait de faire la ville de Senlis.

J’avais surpris à l’époque en ouvrant une nouvelle piste.

J’aurais pu vouer aux gémonies le choix de Senlis, qui n’était pas le mien, mais j’ai d’abord préféré saluer le courage de la commune qui prend ses responsabilités et fait un choix difficile: en tant que Conseiller général, je respecte chacune des décisions de chaque collectivité, c’est le respect de la démocratie et de son organisation.

Certaines associations ont choisi d’attaquer en justice cette implantation, je ne le conseillais pas car cela ne pouvait avoir d’effet que de retarder le projet, or je l’ai dit sans fard il faut construire des aires bien calibrées pour accueillir les gens du voyage.

C’est sur ce “bien calibré” que j’ai porté ma critique. J’ai été le premier à dire que cette aire de 200 places ne correspondait pas aux besoins de Senlis. Avant la loi de 2000, les études montrent que les gens du voyage ne s’installaient pas à Senlis. A partir de cette loi, les communes de plus de 5000 habitants doivent construire des aires. Logiquement, les gens du voyage se sont donc depuis installés régulièrement à Senlis.

La contrainte d’aire d’accueil (40 places) et de grand passage imposée à Senlis (17000 habitants) est supérieure des agglomérations de Compiègne et Beauvais de plus de 80000 habitants ! Je dis réduisons la contrainte sur Senlis en faisant évoluer le schéma départemental.

Le 20 décembre, à Beauvais lors de la Commission départementale des gens du voyage, le Maire de Senlis reprenait à ma suite cet argument. Le Préfet l’a entendu et a proposé d’appliquer graduellement ce schéma : c’est une première avancée qui permet de commencer par une aire de 100 places seulement par exemple pour commencer. La Mairie d’Aumont-en-Halatte a repris cet argument et attaque devant le tribunal administratif le schéma.

C’est une satisfaction de faire des propositions qui n’opposent pas les communes entre elles sur un sujet aussi épineux, propositions reprises.

Autre proposition en la matière, c’est de ne pas faire d’aire d’accueil mais plutôt des terrains familiaux à la Bigüe ou derrière le garage Peugeot pour les gens du voyage sédentaires qui s’y trouvent.