Jérôme Bascher Jérôme Bascher

Senlis vivant, Senlis plus fort !

- Election municipale des 23 et 30 mars 2014 -

Jérôme Bascher

Allez Senlis

Compte rendu de notre réunion tranport et voirie

La 4e réunion publique de la liste @AllezSenlis a eu lieu au gymnase de Brichebay sur le thème de la voirie et des transports le lundi 10 février à 20h45. Jérôme Bascher a également répondu pendant près de trois heures aux questions de la soixantaine d’habitants des quartiers de la Bigüe, des Fours à Chaux et de la Vénerie.

 

Allez Senlis !

Nous avons une liste de droite. Nous sommes ouverts, avec des valeurs et une diversité bienvenue. Nous avons sur la liste des Senlisiens de toujours et d’autres qui apportent un oeil neuf. Nos compétences professionnelles sont variées. Nous ne sommes pas une liste de copains mais nous travaillons nos dossiers ensemble. Nous représentons tous les quartiers et rythmes de vie

 

Notre programme

Il n’y a pas d’équipements publics dans les quartiers de la Bigue, de l’orée du Bois et des Fours à Chaux. Or nous voulons de la vie !

Il n’y aura d’inflexion significative dans la vie des Senlisiens que si nous développons l’économie, l’emploi et la démographie ici.

C’est pourquoi notre 1er axe fort est « développer ». Le 2nd “protéger ” était détaillé dans le tract distribué ce week-end. Le 3e  « partager » est à venir.

Nous proposons des idées pour Senlis et créons une dynamique autour de nos propositions. Nous attendons de voir les autres programmes qui ont l’air de s’inspirer de nous… On préfèrera l’original à la copie.

 

Une priorité : la déviation pour le Val d’Aunette par Courteuil via le carrefour de la Faisanderie

Il faut faire en priorité cette déviation. Il faut faire cet investissement mais préserver les biocorridors. Ainsi, Senlis serait quasiment dévié hormis pour l’accès à Paris et la RD1017 (Compiègne Paris) qui est un axe de convois exceptionnels qui traverse la ville de part en part – c’est important d’en tenir compte.

Senlis est une ville routière : pas de trains ni de rivière praticable. Nous devons donc organiser les sujets de transport pour l’économie. Ensuite seulement nous devons organiser les déplacements d’agrément.

Chaque jour, 6500 personnes quittent Senlis pour aller travailler ailleurs. Et presque autant arrivent à Senlis pour travailler. Ce sont des voitures et des bus qui servent essentiellement aux mouvements professionnels.

Nous ne pouvons pas mettre la RD1017 en sens unique. Donc pas possible de faire un vrai boulevard circulaire à sens unique à Senlis. Il faut étudier en détail la circulation pour l’optimiser.

 

Des études ont été faites en 2008 : seule une petite partie a été mise en place en 6 ans.

 

Pas trop de zones 30

Il faut organiser la voirie pour circuler facilement et rapidement pour aller travailler. Et circuler agréablement le reste du temps. La rue de la République et l’entrée de Senlis en venant de Crépy sont bouchées le matin et compliquées le soir. Et il est compliqué de se garer. Il y a donc de nombreux sujets. Réduire la vitesse n’est pas la seule bonne réponse  : les zones 30 doivent être limitées au centre-ville ou un quartier complet masi pas une rue (recommandation sécurité routière).

Beaucoup de gens notamment le mardi et le vendredi prennent la rue des jardiniers, derrière le quartier ordener pour shunter la RD1017. Ce n’est donc pas une bonne idée de faire une zone 30 à cet endroit si on veut que cela reste un itinéraire de shuntage aux heures chargées.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire !

Il faut être vraiment raisonnable sur le quartier Ordener : les 600 militaires venaient à pied ou en vélo essentiellement. Nous avons lu dans un programme concurrent qu’il y aurait un projet de construire plusieurs centaines de logements à cet endroit. Or, cela créerait des bouchons monstrueux. C’est donc parfaitement utopique ! Nous proposons au contraire d’abattre le mur du quartier Ordener pour ouvrir cette zone qui désormais appartient à la mairie sur le reste de la ville et fluidifier son accès, notamment au trave’rs de voies douces.

 

Le TUS

Le TUS a été mis en place au début des années 1980 et a été modifié plusieurs fois. Pourtant, il n’est toujours pas optimal. Il transporte 500,000 voyageurs par an. Il ne circule pas le dimanche et oublie donc une population importante : les personnes âgées. Comme nous voulons créer un marché le dimanche, nous voulons aussi mettre des TUS le dimanche pour cela et pour l’hôpital.

En outre, le TUS ne passe pas dans tous les quartiers. C’est incompréhensible ! Pourquoi ne passe-t-il pas à Villemétrie ou à la Bigüe ? Les lignes de TUS ne doivent pas s’arrêter aux portes de Senlis. Pourquoi ne pas desservir Chamant, Mont-L’ Evêque, Courteuil notamment les jours de marché ? Des études ont été faites en 2008 : seule une petite partie a été mise en place en 6 ans. Le TUS intercommunal est pourtant attendu !

Pouvoir sortir de Senlis

Les gares qui desservent Senlis sont Orry et Chantilly. Demain Creil sera une destination plus importante avec un arrêt TGV. Nous avons besoin de liaisons. Mais aussi de parkings : à Orry 1 an d’attente pour devenir abonné. A Chantilly encore plus ! 40 minutes de bus pour aller à Orry : C’est dissuasif ! Il faut penser à revenir à 25mn en liaison directe.

Entre 7:15 et 9:15 il y a un bouchon qui déborde de Roissy sur l’autoroute A1. Cela pose un problème de sécurité important. Jérôme Bascher s’est saisi de ce sujet en tant que conseiller général en rencontrant le Directeur Général d’Aéroport de Paris et son adjoint en charge de ce sujet. 2000 personnes de son canton travaillent à Roissy, et beaucoup d’autres vont à l’aéroport.

Avec une navette bien organisée, les voyageurs en transit pourraient passer la soirée à Senlis plutôt qu’autour de Roissy.

Les trottoirs

Au risque de déplaire, nous souhaitons modifier le règlement de sauvegarde sur la taille des trottoirs dans le centre-ville et y repenser la circulation. Lors des restaurations, les pavés doivent devenir praticables. Il est important aussi que dans tous les quartiers les trottoirs soient praticables : ils sont souvent trop étroits, encombrés de panneaux…

Nous devons ainsi aménager les trottoirs de la ville : ils sont actuellement impraticables en fauteuil roulant ou avec une poussette !

Ce qu’il ne faut surtout pas faire !

Il faut être vraiment raisonnable sur le quartier Ordener : les 600 militaires venaient à pied ou en vélo essentiellement. Nous avons lu dans un programme concurrent qu’il y aurait un projet de construire plusieurs centaines de logements à cet endroit. Or, cela créerait des bouchons monstrueux. C’est donc parfaitement utopique ! Nous proposons au contraire d’abattre le mur du quartier Ordener pour ouvrir cette zone qui désormais appartient à la mairie sur le reste de la ville et fluidifier son accès.

Penser les voies douces

Outre, le fait qu’il faut aménager des accès depuis tous les quartiers vers le centre de Senlis pour les vélos, il faut aussi penser les sorties de ville afin de pouvoir accéder aux forêts en toute sécurité selon quelques axes.

Un seul exemple pour le quartier Bigüe Four à Chaux : ouvrir le quartier ordenr avec une piste cyclable qui rejoint la rue des jardiniers passe à travers les jardins familiaux pour rejoindre les remparts : une trouée verte des remparts jusque la forêt  en passant par le chemin de Thiers. Voilà des perspectives.