Jérôme Bascher Jérôme Bascher

Senlis vivant, Senlis plus fort !

- Election municipale des 23 et 30 mars 2014 -

Jérôme Bascher

Allez Senlis

je dis non

NON AUX ATTAQUES DE PERSONNES, au mépris des uns et des autres. Nous avons fait campagne sur nos idées et nos valeurs. Et les tracts signés contre Pascale Loiseleur et anonymes contre M Canter me font horreur.

Pendant toute la campagne, j’ai été victime de ragots, d’insultes voire (il a une alliance avec P Loiseleur, il a une alliance avec JC Canter, comment peut-il cumuler emploi et maire ?, on l’a vu dans un café ou dans la rue avec tel ou tel). Bref, les ignorants ont été bavards, ceux qui voient des complots et des ambitions partout servis. Ceux qui n’ont pas de valeurs, ou qui n’y croient plus, m’ont jugé selon leurs critères. NON, je ne suis pas un politicien, moins encore un politicard : je suis un homme engagé.

NON ! JE NE VENDS PAS MON AME POUR UN POSTE. Je m’expose pour que mes idées avancent, que mes valeurs soient défendues. Et si je suis membre d’un parti politique depuis 1994 au RPR puis à l’UMP, je ne suis pas toujours d’accord ni avec ses positions, ni avec ses leaders locaux ou nationaux. Je garde ma liberté : NON ma vie ne dépend pas d’eux. Savez-vous que mes indemnités d’élus ne me servent qu’à financer mes activités politiques ? Je ne leur doit rien, je crois simplement qu’une démocratie organisée en courants est plus efficace. Hélas, les dirigeants de partis comme de gouvernements ou de collectivités manquent de courage, de lucidité et veulent absolument être réélus en ne disant pas la vérité. Les constats sont cachés, les réalités travesties. Non, je n’ai pas cette délectation cynique.

NON, JE NE SUIS PAS UN PRO DE L’IMAGE. Je suis trop sérieux (même si je ne me prends pas vraiment au sérieux) lorsqu’il s’agit de gérer l’argent des autres et de proposer un nouveau vivre ensemble. Je veux faire de la politique sur le courage, l’honneur et le travail. Je le fais sur la durée car je sais les valeurs qui m’animent, celles de l’intérêt supérieur de la nation qui commence à mes pas.

Mon honneur est de servir, ma politesse de respecter l’autre. Oui je parle avec tout le monde, mon éducation fait que j’ai toujours dit bonjour de l’extrême droite à l’extrême gauche : l’humain prime chez moi. Je ne suis pas en guerre, je suis en démocratie.

Voilà ma profession de foi politique. Que ceux qui peuvent en dire et faire autant n’hésites pas.

Allez Senlis !